Prévenez la fusariose

Prévenez la fusariose

Keep it Clean encourage les producteurs de céréales canadiens à protéger leur investissement et à contribuer à garder les marchés ouverts pour tous en en employant une stratégie de lutte intégrée contre les parasites conforme aux meilleures pratiques de gestion de la fusariose.

 

LA FUSARIOSE

La fusariose est une maladie fongique des cultures céréalières qui se caractérise par un blanchiment prématuré et une croissance fongique de couleur saumon sur les têtes des cultures qu’elle a infectées. La fusariose réduit les récoltes, diminue la qualité des grains et peut limiter les possibilités de commercialisation des cultures.

Lorsque la fusariose infecte les cultures céréalières, elle peut produire des mycotoxines telles que le déoxynivalénol (DON), communément appelé vomitoxine. Comme la plupart des pays importateurs imposent des limites strictes de la quantité de DON, la présence de DON restreint les utilisations finales et le potentiel de commercialisation du grain. Les cargaisons qui dépassent les niveaux acceptables de DON pourraient être rejetées, ce qui entraînerait des coûts énormes pour l’industrie et pourrait nuire à la réputation du Canada en tant que producteur de grains céréaliers de haute qualité.

 

MEILLEURES PRATIQUES DE GESTION DU FUSARIUM

Pour vous aider à conserver vos options de commercialisation pour les grains récoltés et à maximiser votre rentabilité, Keep it Clean recommande les meilleures pratiques suivantes pour gérer la fusariose :

  1. Faites une rotation des cultures pour gérer le fusarium Le fusarium peut survivre à l’hiver dans les chaumes des cultures. Il est crucial de planifier des rotations de cultures qui laissent suffisamment de temps aux résidus pour se décomposer avant de retourner aux cultures céréalières. Dans les champs récemment infectés par la fusariose, il convient d’éviter les cultures céréalières pendant au moins un an, et de préférence deux ans ou plus.

  2. Cultivez les variétés les plus résistantes à la fusariose disponibles dans les zones à risque pour la fusariose. La culture de variétés résistantes est l’une des décisions les plus importantes dans la gestion de la maladie. La sensibilité des céréales varie également : le blé dur est le plus sensible à la fusariose, l’orge est moins sensible que le blé et l’avoine est la céréale la moins sensible.

  3. Plantez des semences propres et envisagez un traitement des semences dans les zones à risque élevé. La culture de variétés résistantes est l’une des décisions les plus importantes dans la gestion de la maladie. La sensibilité des céréales varie également : le blé dur est le plus sensible à la fusariose, l’orge est moins sensible que le blé et l’avoine est la céréale la moins sensible.

  4. Surveillez le stade, pas les symptômes, et appliquez un fongicide lorsqu’il y a un risque élevé de fusariose. Le risque d’infection par le fusarium augmente lorsque des conditions chaudes, humides ou pluvieuses persistent pendant la phase d’épiaison et de floraison, l’infection pouvant survenir en trois jours seulement.

    L’application en temps opportun d’un fongicide foliaire à l’aide d’une buse ou d’une combinaison de buses spécialisées pour une couverture maximale de la tête peut aider à protéger les cultures contre la fusariose à ces stades critiques. Utilisez les renseignements propres à votre province, y compris les cartes provinciales de risque (si elles sont disponibles dans votre région), pour vous aider à évaluer le risque et à prendre des décisions éclairées.

  5. Si vous constatez la présence de fusariose, envoyez des échantillons de grains récoltés pour les faire analyser afin de détecter la présence de mycotoxines. Les mycotoxines, comme le DON, peuvent limiter l’utilisation finale des grains récoltés. Communiquez avec l’acheteur de vos céréales pour discuter de vos options de commercialisation. Lors de la récolte, utilisez une moissonneuse-batteuse dont la vitesse est plus élevée pour aider à séparer les grains plus légers et endommagés. Coupez finement la paille et les balles, en les répartissant uniformément pour accélérer la décomposition. Veillez à bien nettoyer tout le matériel avant de vous rendre dans un champ non infecté.

  6. Utilisez une combinaison des meilleures pratiques de gestion pour contrôler le fusarium. L’utilisation du plus grand nombre possible de bonnes pratiques de gestion offre les meilleures chances de limiter la propagation et la gravité des foyers de fusariose. La culture de variétés résistantes aux maladies, l’application de fongicides et la rotation des cultures peuvent avoir la plus grande incidence. La gestion des pressions exercées par les maladies est l’un des 5 conseils simples de Keep it Clean pour que vos cultures soient prêtes à être commercialisées. En limitant la propagation et la gravité de la fusariose dans les champs, vous pouvez protéger votre investissement et contribuer à maintenir les options de commercialisation des céréales.

 


Keep it Clean est une initiative conjointe du Conseil canadien du canola, de Pulse Canada, de Céréales Canada, du Conseil canadien de l’orge et de la Prairie Oat Growers Association, qui fournit aux producteurs et aux conseillers des ressources pour la culture de plantes répondant aux exigences de nos clients nationaux et étrangers