L'Écho-Marché - Mai 2021

L'Écho-Marché

 

L'Écho-Marché est le bulletin mensuel du Service d’information sur les marchés. Il fait le point sur les événements du mois qui ont fait réagir le marché des grains. Il est publié le premier jour ouvrable de chaque mois.


Dernière édition : Mai 2021

Date de publication : 1er juin 2021

 

LE RAPPORT MENSUEL DE l’USDA

Le rapport de l’USDA sur l’offre et la demande pour 2021-2022 a été haussier et conforme aux attentes du marché pour les stocks de blé et de soya aux États-Unis, alors que ceux du maïs leur sont supérieurs. Les estimations de l’année récolte 2021-2022 sont comparées à celles de l’année récolte 2020-2021.

Maïs

Aux États-Unis, les stocks de début de 2021-2022 s’inclineront de 95 millions de boisseaux (Mbu) en raison d’une augmentation des exportations de l’année précédente de 100 Mbu. Les superficies récoltées progresseront de 1 million d’acres (Ma) et le rendement se redressera de 7,5 boisseaux à l’acre (bu/a), ce qui engendrera une croissance de la récolte de 808 Mbu pour la situer à 14,99 milliards de boisseaux (Gbu). Ce renforcement de la production peut sembler impressionnant, mais il faut se rappeler que la récolte de 2020 avait été durement frappée par un derecho. La demande pour l’éthanol s’élèvera de 225 Mbu en raison d’une hausse de la consommation d’essence en 2021-2022. Les exportations s’inclineront de 325 Mbu, car les États-Unis auront de la concurrence en provenance de l’Ukraine et de la Russie lors de la deuxième moitié de l’année récolte. Par conséquent, les stocks devraient se renforcer de 250 Mbu pour s’établir à 1,51 Gbu, ce qui demeure un niveau assez serré. Le prix moyen s’appréciera d’environ 1,35 $ US/bu pour se situer à 5,70 $ US/bu. La production s’accroitra de 4 millions de tonnes (Mt) en Argentine, de 16 Mt au Brésil, de 7,2 Mt en Ukraine, de 2,72 Mt en Union européenne et de 7,33 Mt en Chine. Par conséquent, les stocks mondiaux s’intensifieront de 8,77 Mt.

Soya

La production américaine de soya se redressera de 270 Mbu, pour se situer à 4,4 Gbu, grâce à une augmentation des superficies récoltées de 4,4 Ma et une croissance du rendement de 0,6 bu/a. La demande pour la trituration se renforcera de 35 Mbu en raison des bonnes marges des triturateurs causées par le prix élevé de l’huile, qui s’est apprécié grâce à une forte demande pour la production de diesel renouvelable. Les exportations reculeront de 205 Mbu. Les stocks s’élèveront de 20 Mbu pour rester à un faible niveau de 140 Mbu. Le prix moyen se situera à 13,85 $ US/bu; une hausse de 2,60 $ US/bu vis-à-vis du prix de l’an dernier. À l’international, la production sera haussée de 5 Mt en Argentine et de 8 Mt au Brésil, pour atteindre un record à 144 Mt dans ce dernier cas. Les importations chinoises se redresseront de 3 Mt pour s’établir à 103 Mt. Les stocks mondiaux se renforceront alors de 4,55 Mt.

Blé

Aux États-Unis, la production de blé s’intensifiera de 46 Mbu, pour s’établir à 1,87 Gbu, grâce à une augmentation de 0,7 Ma des superficies récoltées et de 0,3 bu/a du rendement. La demande pour le fourrager s’élèvera de 70 Mbu pour se situer à 170 Mbu; le plus haut niveau depuis 2013-2014. Les exportations fléchiront de 65 Mbu en raison d’une forte concurrence à l’international. Les stocks seront réduits de 98 Mbu pour s’établir à 774 Mbu, soit les plus faibles en 7 ans. Le prix moyen se situera à 6,50 $ US/bu; une appréciation de 1,45 $ US/bu. La production mondiale s’accroitra de 12,88 Mt, car l’augmentation de 2,87 Mt en Argentine, de 8,06 Mt en Union européenne, de 3,58 Mt en Ukraine, et de 4,44 Mt au Royaume-Uni compensera largement la diminution de 2,18 Mt au Canada et de 6 Mt en Australie. La consommation mondiale s’appréciera de 7,81 Mt en raison d’une plus grande demande pour l’alimentation humaine, les semences et le secteur industriel. Les stocks resteront semblables à ceux de l’an passé, n’augmentant que de 0,29 Mt.

 

 


 * Estimations ** Prévisions

Source: USDA - 12 mai 2021

 


 

LES ACHATS CHINOIS

La Chine n’a pratiquement pas acheté de grains américains pour l’année récolte 2020-2021, car elle s’approvisionne majoritairement en soya brésilien, étant donné la nouvelle récolte, et ses besoins en maïs semblent comblés en ce moment. Par contre, elle a procédé à des achats massifs de maïs américain pour la prochaine récolte. En l’espace d’un seul mois, la Chine a mis la main sur 10,74 Mt de maïs américain; du jamais vu si tôt en saison. De deux choses l’une : soit la Chine pense que le maïs américain pour la nouvelle récolte est une aubaine, soit elle prévoit que la production chinoise de maïs pour 2021-2022 sera insuffisante et qu’il faudra y remédier par des importations de maïs américain. D’ailleurs, la Chine veut diminuer ses importations de grains provenant des zones franches, car Pékin juge qu’elles sont devenues hors de contrôle. Celles-ci ne sont pas soumises à des tarifs douaniers et ne comptent donc pas dans les quotas d’importation.

 

L'AMÉRIQUE DU SUD

La météo a été défavorable en mai au Brésil, ce qui risque de confirmer une récolte de maïs safrinha décevante. Les plus récentes estimations de la production brésilienne annuelle de maïs se situent à près de 95 Mt, comparativement à 102 Mt selon les prévisions de l’USDA, le mois dernier, ce qui représente tout de même une baisse de 7 Mt. En Argentine, les récoltes sont complétées à 91 % pour le soya et 31 % pour le maïs, en regard de la moyenne quinquennale à 88 % et 38 %, respectivement.

 

LA PROGRESSION DES SEMIS AU QUÉBEC

Selon le rapport de La Financière agricole du Québec, les semis sont déjà pratiquement tous complétés. En date du 25 mai, ils étaient terminés à 82 % pour l’avoine, 94 % pour le blé, 89 % pour l’orge, 97 % pour le maïs, 93 % pour le soya et 84 % pour le canola. La croissance des céréales d’automne est bonne partout en province, sauf au Bas-Saint-Laurent et dans Lanaudière, où elle est variable. Les conditions de croissance sont bonnes dans la plupart des régions pour le maïs et le soya, mais la levée du maïs est inégale dans les champs semés tôt en avril.

 

LE MARCHÉ LOCAL

Les stocks de grains pour la présente année récolte se font rares, ce qui explique la hausse des bases locales pour une livraison immédiate, alors que les semis ont rapidement progressé, faisant ainsi diminuer les bases pour une livraison à la récolte. De plus, le huard s’est apprécié d’environ 1,50 ¢ US durant le mois de mai, ce qui crée une pression à la baisse sur les prix exprimés en dollars canadiens. La base du maïs pour livraison immédiate s’est appréciée de 0,24 $ US/bu (+0,25 $ CA/bu), tandis qu’elle a décliné de 0,08 $ US/bu (-0,14 $ CA/bu) pour livraison récolte, pour se situer respectivement à 0,96 $ US/bu (2,65 $ CA/bu) et 0,30 $ US/bu (1,66 $ CA/bu). Les ventes de soya sont concentrées principalement sur la nouvelle récolte, et la base a légèrement fléchi de 0,04 $ US/bu (-0,31 $ CA/bu) pour s’établir à -0,16 $ US/bu (2,82 $ CA/bu).

 

 


LES PRIX LOCAUX

Le tableau et le graphique suivants présentent l'évolution du prix au comptant du maïs et du soya par période de livraison.

1- MAÏS ET SOYA

 Source: Marché local (FAB Ferme), PGQ - au 1er juin 2021



 SourceMarché local (FAB Ferme), PGQ - au 1er juin 2021

 

2- CÉRÉALES

Le tableau suivant indique l’évolution du prix courant des céréales et de celui du canola au cours des derniers mois. En consultant directement les diffusions du marché local, vous pourrez observer les prix minimums et les maximums.

Évolution du prix courant des céréales et du canola par mois

Source: Marché local (FAB Ferme), PGQ - au 1er juin 2021


 

Rapports à surveiller en juin:

 

 


 

Service de l'information sur les marchés

Téléphone: 450 679-0540