L'Hebdo - 13 septembre 2021

L'Hebdo est le bulletin hebdomadaire du Service d'information sur les marchés des Producteurs de grains du Québec. Il fait le point sur les faits saillants des marchés pour la semaine.


Dernière édition : Semaine du 7 au 10 septembre 2021

Date de publication : Le 13 septembre 2021

 

La semaine a été baissière en raison d’une amélioration des conditions météo dans le Midwest, de la pression du battage et des retards d’expédition de grains aux États-Unis à la suite de l’ouragan Ida. Néanmoins, la demande a continué de soutenir les grains, notamment le soya. La Chine a acheté au moins 370 000 tonnes (t) de soya cette semaine. L’USDA a publié son rapport sur l’offre et la demande vendredi dernier et celui-ci est carrément baissier, même si les contrats à terme, eux, ont clôturé en hausse. Soit les marchés avaient déjà anticipé une bonne partie des données dévoilées, soit celles-ci étaient inférieures aux attentes.

Les stocks de début du maïs aux États-Unis pour 2021-2022 se sont redressés à cause d’une réduction de la demande pour l’éthanol et des exportations pour l’année récolte précédente. La récolte s’est élevée de 246 millions de boisseaux (Mbu) pour se situer à 15 milliards de boisseaux (Gbu) en raison d’une croissance de 0,6 million d’acres (Ma) des superficies ensemencées et récoltées ainsi que d’une augmentation du rendement de 1,7 boisseau à l’acre (bu/a). Les stocks de fin se sont intensifiés de 166 Mbu pour s’établir à 1,41 Gbu. Le prix moyen s’est incliné de 0,30 $ US/bu pour se situer à 5,45 $ US/bu. Pour 2020-2021, la demande chinoise s’est affaiblie de 4 millions de tonnes (Mt) à cause d’une plus grande consommation de grains fourragers, comme l’orge et le sorgho. Pour 2021-2022, la production s’est accrue de 5 Mt en Chine et les importations sont restées au même niveau, car le prix à l’international est plus avantageux que le prix local, notamment dans les régions en manque de maïs. Les stocks mondiaux se sont renforcés de 13 Mt, principalement à cause de la hausse des stocks chinois.

Aux États-Unis, les stocks de début du soya pour 2021-2022 ont été élevés à cause d’une diminution de la demande en trituration pour l’année récolte précédente. Les superficies ensemencées et récoltées ont reculé respectivement de 0,4 Ma et 0,3 Ma. Le rendement s’est renforcé de 0,6 bu/a, ce qui a engendré une augmentation de la production de 35 Mbu pour la situer à 4,37 Gbu. Les stocks de fin se sont intensifiés de 30 Mbu pour s’établir à 185 Mbu. Le prix moyen s’est déprécié de 0,80 $ US/bu pour se situer à 12,90 $ US/bu. Les stocks mondiaux de début se sont redressés de 2,26 Mt à la suite d’une augmentation de 2 Mt des importations chinoises pour 2020-2021, pour s’établir à 99 Mt. Les stocks de fin se sont accrus de 2,74 Mt afin de tenir compte des corrections aux États-Unis et de la hausse de la disponibilité du soya en Chine.

Les changements quant à l’offre et la demande de blé aux États-Unis sont relativement minimes. Les stocks de fin se sont inclinés de 12 Mbu pour se situer à 615 Mbu, soit les plus faibles en 8 ans. Le prix moyen a fléchi de 0,10 $ US/bu pour s’établir à 6,60 $ US/bu. À l’international, les corrections à l’offre et la demande ont été plus importantes. Les stocks de début se sont fortement accrus, principalement en raison de la hausse des stocks au Canada. La production mondiale s’est renforcée grâce à une croissance de la récolte en Australie, en Chine, en Union européenne et en Inde, ce qui a entièrement compensé le recul en Argentine et au Canada. Les stocks de fin se sont élevés de 4,16 Mt en raison d’une hausse des stocks d’environ 1,40 Mt au Canada, en Union européenne ainsi qu’en Inde.

L’état hebdomadaire des cultures américaines a montré une baisse de 1 % de la condition de bonne à excellente du maïs et une hausse de 1 % pour le soya, pour les situer respectivement à 59 % et 57 %. La récolte de blé de printemps est complétée à 95 % et les semis de blé d’automne ont débuté et se situent à 5 %. La production d’éthanol aux États-Unis s’est redressée de 18 000 barils par jour, ce qui demeure malgré tout un très faible niveau, à 923 000 barils par jour, surtout lorsqu’on compare à la production de mai à juillet, qui était supérieure à 1 million de barils par jour, soit le rythme précédant la COVID-19. Les ventes hebdomadaires américaines sont satisfaisantes pour 2021-2022 : 905 815 t de maïs, 1,47 Mt de soya et 388 384 t de blé.

La base locale du maïs pour livraison immédiate a commencé la semaine à 3,91 $ CA/bu et l’a terminée à 4,04 $ CA/bu.

 

Évolution des contrats à terme du maïs et du soya à la Bourse de ChicagoSource  : REUTERS