L'Hebdo - 27 septembre 2021

L'Hebdo est le bulletin hebdomadaire du Service d'information sur les marchés des Producteurs de grains du Québec. Il fait le point sur les faits saillants des marchés pour la semaine.


Dernière édition : Semaine du 20 au 24 septembre 2021

Date de publication : Le 27 septembre 2021

 

Les contrats à terme ont été sous la pression du battage aux États-Unis et de l’absence de demande pour les grains américains. L’USDA n’a déclaré qu’une seule nouvelle vente de plus de 100 000 tonnes (t), et de maïs en outre, alors que les marchés s'attendaient à des ventes de soya américain à la Chine. Les marchés boursiers se sont inquiétés des difficultés financières d’une importante compagnie chinoise du nom d’Evergrande. Si cette entreprise devait faire faillite, cela risquerait de compromettre sérieusement l’économie chinoise et de se répercuter sur l’économie mondiale. Meng Wanzhou est arrivée à un accord avec les autorités américaines afin d'être libérée des charges qui pesaient contre elle, ce qui met également fin à la procédure pour son extradition du Canada vers les États-Unis. Les deux Canadiens emprisonnés peu de temps après l’arrestation de Meng Wanzhou, en décembre 2018, ont également été libérés. Cet incident diplomatique avait sérieusement nui aux exportations de canola canadien vers la Chine en 2019. Le prix du baril de pétrole brut s’est grandement apprécié en raison de l’arrêt de production dans le golfe du Mexique, ce qui a contribué à la hausse de près de 0,01 $ US du dollar canadien.

Comparativement à la moyenne quinquennale, les récoltes aux États-Unis sont complétées à 10 % pour le maïs (+1 %) et 6 % pour le soya (égal). La condition de bonne à excellente s’est renforcée de 1 % pour le maïs (59 %) et le soya (58 %). Les semis de blé d’automne connaissent une légère avance de 3 % en regard de la moyenne des 5 dernières années, pour se situer à 21 %. La production américaine d’éthanol s’est inclinée de 11 000 barils par jour pour se situer à 926 000 barils par jour, tandis que les stocks se sont accrus de 101 000 barils. Les expéditions et les ventes hebdomadaires ont été conformes aux attentes du marché, mais elles demeurent tout de même faibles alors que nous sommes dans une période de l'année où les grains américains sont en forte demande. Cela est dû aux dommages causés aux ports américains  par l’ouragan Ida, lesquels limitent les exportations de grains américains.

L’Agence de la protection de l’environnement des États-Unis (EPA) aurait recommandé une réduction importante de la cible de biocarburants à mélanger à l’essence, ce qui serait une victoire pour les raffineries pétrolières au détriment du secteur de l’éthanol et des producteurs américains de maïs. L’EPA aurait proposé les objectifs suivants : 17,1 milliards de gallons (Ggal) pour 2020, 18,6 Ggal pour 2021 et 20,8 Ggal pour 2022. Or, la cible établie par l’EPA avant la pandémie de COVID-19 était de 20,1 Ggal pour 2020.

Au Brésil, les semis de soya ont commencé dans les deux plus grands États du pays, mais ne débuteront véritablement qu’à partir d’octobre. Pour le maïs, ils sont complétés à 22 %, accusant un léger retard de 1 % par rapport à l’année dernière. Les importations chinoises de soya brésilien ont augmenté de 11 % au cours du mois d’août par rapport au même moment l’an passé, pour atteindre 9,04 millions de tonnes (Mt). Les importations chinoises de soya se sont quant à elles situées à 9,49 Mt en août, comparativement à 9,6 Mt l’an passé, ce qui ne représente qu’une légère baisse, alors qu’on parle régulièrement d’un ralentissement de la demande causé par la réduction de la marge de profit des triturateurs chinois.

Selon le plus récent rapport de La Financière agricole du Québec, en date du 14 septembre, les récoltes sont en avance par rapport aux trois dernières années et elles sont complétées à 69 % pour l’avoine, 90 % pour le blé, 88 % pour l’orge, 19 % pour le canola et 1 % pour le maïs et le soya. La FADQ note également que les récoltes de céréales de printemps sont de normales à en avance.

Les bases du maïs ont commencé la semaine à 3,49 $ CA/bu pour livraison immédiate et 1,94 $ CA/bu pour livraison à la récolte, et elles l’ont terminée respectivement à 3,03 $ CA/bu et 1,89 $ CA/bu. Pour le soya, la base pour livraison immédiate était à 3,29 $ CA/bu en début de semaine et elle s’est redressée à 3,45 $ CA/bu à la fin de celle-ci.

 

Évolution des contrats à terme du maïs et du soya à la Bourse de ChicagoSource  : REUTERS