Les PGQ réclament des amendements majeurs au projet de loi sur les agronomes

Les PGQ réclament des amendements majeurs au projet de loi sur les agronomes

Communiqué de presse - Pour diffusion immédiate

 

Longueuil – 2 juin 2022 – S'ils accueillent avec intérêt les dispositions prévoyant l'amélioration de la qualité des services des agronomes, notamment en fournissant un cadre qui leur permettrait de pratiquer en toute indépendance, les Producteurs de grains du Québec (PGQ) sont forcés de constater que le projet de loi no 41, Loi modifiant la Loi sur les agronomes, met sérieusement à mal la capacité des producteurs à gérer leur entreprise agricole et banalise leurs efforts de formation autant que leur implication en faveur des meilleures pratiques. À défaut d'amendements majeurs protégeant la liberté d'action des producteurs et reconnaissant les compétences acquises, que ce soit en contexte académique, de formation professionnelle ou par l'expérience, les PGQ demandent aux membres de l'Assemblée nationale de ne pas consentir à l'adoption de ce projet de loi avant les prochaines élections.

« Banaliser les efforts de formation des agriculteurs d'aujourd'hui et de demain est un très mauvais message et certainement contraire aux orientations reconnues par la société. Ne pas reconnaître l'autonomie du producteur, de notre point de vue, est une faute très grave et lourde de conséquences pour le monde agricole », affirme M. Christian Overbeek, président des PGQ.

Les PGQ réitèrent leur recommandation incluse dans leur mémoire déposé lors de la commission parlementaire sur les pesticides à l'effet que les gestes appropriés soient faits pour encourager un encadrement et une surveillance qui garantissent la qualité des services des membres d'ordres professionnels. Si les objectifs officiels du projet de loi no 41 s'inscrivent dans le sens de cette recommandation, son texte complet va manifestement trop loin.

« À la limite, il faudrait que tous les agriculteurs du Québec deviennent soudainement des agronomes pour continuer à assurer la sécurité alimentaire du Québec et le développement économique de nos régions. Remplacer un conflit d'intérêts par du corporatisme n'est pas une solution », conclut le président des PGQ.

Rappelons que la date butoir pour présenter un projet de loi qu'on souhaite voir adopter dans la même session est fixée au 15 mai. Ainsi, le gouvernement aura besoin de l'accord unanime de tous les députés de l'Assemblée nationale pour faire adopter ce projet de loi avant la fin de la session parlementaire.

 

Les Producteurs de grains du Québec

Les Producteurs de grains du Québec représentent quelque 9 500 productrices et producteurs présents dans toutes les régions du Québec. Ils produisent et commercialisent des grains de céréales, dont le maïs, le blé, l’orge et l’avoine, ainsi que des oléagineux, tels que le soya et le canola. En plus d’approvisionner l’ensemble des secteurs de l'élevage, ces aliments contribuent à une saine alimentation humaine ainsi qu’à l’épanouissement de l’économie québécoise. Cultivés sur plus d’un million d’hectares de terre, ils génèrent un chiffre d’affaires annuel de 1,3 milliard de dollars. La production de grains est le 3e secteur agricole québécois. La production et la transformation de grains représentent ensemble près de 20 000 emplois au Québec.

 

- 30 -

 

Source

Producteurs de grains du Québec

https://www.pgq.ca/

 

Renseignements

Charles Brière-Garneau, 450 822-5656

Émile Gauthier, 418 806-6250 medias@lorangebleue.biz 

Pour lire le communiqué en PDF