Les semis nécessaires à la prochaine récolte de grains se finalisent dans l'expectative

Les semis nécessaires à la prochaine récolte de grains se finalisent dans l'expectative

LES SEMIS NÉCESSAIRES À LA PROCHAINE RÉCOLTE DE GRAINS SE FINALISENT DANS L’EXPECTATIVE

 

Longueuil, le 29 mai 2024 – Les Producteurs de grains du Québec (PGQ) tiennent à souligner que les semis sont presque complétés pour ce qui est de la production de grains. Activité cruciale et symbolique de l’agriculture, les semis pour la production de grains signifient aussi des dépenses de l’ordre de 2 milliards de dollars et une longue période d’attente avant de connaître vraiment quelle sera la nature des revenus à la fin de la saison lors des récoltes. Autre particularité, la période des semis coïncide avec la réunion annuelle de la Politique bioalimentaire du Québec, un événement qui vise à faire le point sur les avancées de la dernière année et les besoins à combler pour 2025.

 

La Politique bioalimentaire du Québec est à la croisée des chemins alors que les excès climatiques, l’inflation du prix des intrants, les taux d’intérêt beaucoup plus élevés ainsi que la lourdeur règlementaire et administrative pèsent très lourdement sur l’agriculture québécoise. Les producteurs agricoles sont prêts à répondre aux besoins des consommateurs et des citoyens, mais il faut que les premiers reprennent leur place au cœur et aux premières loges de la Politique bioalimentaire québécoise.

 

« Les mesures mises en place par le gouvernement vont dans le bon sens, mais sont insuffisantes. Il faut remplacer ces petits pas par des pas de géant. Le temps est compté et le pire piège est de prendre pour acquis que tout va bien aller sans faire tous les efforts nécessaires pour développer un secteur bioalimentaire durable et intéressant pour la relève. Il faut que nos politiques rassurent quant à leur capacité de relever les menaces identifiées précédemment et de poursuivre la modernisation des pratiques agroenvironnementales, tout en restant compétitifs. Comme je le souligne à chacune de mes interventions, le gouvernement se doit de développer une Politique bioalimentaire visionnaire sur le long terme, s’accompagnant d’une aide financière pérenne et exemplaire, afin de consolider la confiance des producteurs et de maintenir leur engagement », affirme M. Christian Overbeek, président des PGQ.

 

Les PGQ demandent aussi que la Politique bioalimentaire québécoise confirme plus concrètement la participation de l’ensemble des ministères. La protection du territoire et des activités agricoles doit être prise au sérieux par l’ensemble des instances gouvernementales. Les terres agricoles québécoises représentent moins d’un (demi-hectare) en culture par habitant soit au même niveau que la moyenne mondiale. Le patrimoine est limité et vulnérable.

 

« Les perspectives économiques, géopolitiques et sociales devraient faire de notre capacité à produire des aliments une priorité, et même la priorité. Nous n’avons plus les moyens de gruger le territoire agricole et d’étouffer son potentiel avec des couches successives de règlementation et d’obligations administratives. Il faut trouver le bon équilibre entre l’environnement et la capacité de produire des aliments et se tracer un parcours réaliste, motivant et inclusif », souligne le président des PGQ.   

 

« Les producteurs que je représente veulent développer une relation durable et constructive avec les consommateurs et les citoyens, mais nous n’y arriverons pas si nous n’avons pas devant nous une Politique bioalimentaire exemplaire qui fera l’envie de tous ».  

 

Producteurs de grains du Québec

Les Producteurs de grains du Québec (PGQ) représentent quelque 9 500 productrices et producteurs présents dans toutes les régions du Québec. Ils produisent et commercialisent des grains de céréales, dont le maïs, le blé, l’orge et l’avoine, ainsi que des oléagineux, tels que le soya et le canola. En plus de nourrir l’ensemble des autres productions, ces aliments contribuent à une saine alimentation humaine ainsi qu’à l’épanouissement de l’économie québécoise. Cultivés sur plus d’un million d’hectares de terre, ils génèrent un chiffre d’affaires annuel de 2 milliards de dollars. La production de grains est le 3e secteur agricole québécois. La production et la transformation de grains représentent ensemble près de 20 000 emplois au Québec.

 

- 30 -

 

 

Source

Producteurs de grains du Québec (PGQ)

www.pgq.ca

 

Renseignements :

Olivier Laniel, 514-779-4586

olaniel@pgq.ca

 

Communiqué (Version PDF)