Publié le: 01 octobre 2020

L'Écho-Marché

 

L'Écho-Marché est le bulletin mensuel du Service d’information sur les marchés. Il fait le point sur les événements du mois qui ont fait réagir le marché des grains. Il est publié le premier jour ouvrable de chaque mois.


Dernière édition : Septembre 2020

Date de publication : 1er octobre 2020

 

LE RAPPORT MENSUEL DE l’USDA

Le rapport de septembre a bel et bien confirmé les anticipations du marché quant aux dégâts causés par la tempête derecho. Les contrats à terme du soya ont d’ailleurs terminé en hausse d’environ 0,20 $ US/bu.

Maïs

Les superficies récoltées aux États-Unis ont diminué de 500 000 acres et le rendement s’est incliné de 3,3 boisseaux à l’acre (bu/a), ce qui a entrainé une baisse de la production de 378 millions de boisseaux (Mbu) pour la situer à 14,9 milliards de boisseaux (Gbu). La demande pour 2020-2021 pour la consommation animale, de même que pour l’éthanol, a été réduite de 100 Mbu. Les exportations ont été rehaussées de 100 Mbu grâce à une réduction de l’offre dans certains pays producteurs clés. Par conséquent, les stocks de fin sont censés reculer de 253 Mbu pour s’établir à 2,5 Gbu, ce qui donne lieu à un redressement du prix moyen de 0,40 $ US/bu pour le situer à 3,50 $ US/bu.

À l’international, la production s’est renforcée de 3 millions de tonnes (Mt) au Brésil, tandis qu’elle a reculé de 0,3 Mt en Russie, de 1 Mt en Ukraine, de 1,5 Mt en Union européenne et de 0,3 Mt au Canada. Les stocks mondiaux ont fléchi de 10,67 Mt en raison d’une augmentation de 3 Mt pour la consommation animale en 2019-2020 et de 2 Mt en 2020-2021, ce qui occasionne une diminution des stocks chinois de 5 Mt.

Soya

Le rendement du soya aux États-Unis a baissé de 1,4 bu/a, engendrant une réduction de la récolte de 112 Mbu. La trituration et les exportations pour 2020-2021 sont demeurées intactes. Les stocks ont alors chuté de 150 Mbu pour s’établir à 460 Mbu. Le prix moyen s’est fortement redressé, soit de 0,90 $ US/bu, pour se situer à 9,25 $ US/bu.

Sur l’échiquier mondial, la baisse de la production américaine en 2020 a été partiellement compensée par la hausse estimée de 2 Mt de la récolte brésilienne en 2021 (soit celle qui est à venir) grâce à une augmentation des prix pour les producteurs du Brésil. Les stocks de fin mondiaux devraient alors s’incliner de 1,77 Mt.

Blé

Le bilan de l’offre et de la demande du blé américain est inchangé par rapport au mois passé. La production mondiale s’est renforcée de 4,46 Mt grâce à une hausse de la récolte de 2,5 Mt en Australie, de 2 Mt au Canada, de 0,65 Mt en Union européenne et de 0,41 Mt en Inde, ce qui compense le recul de la production de 1 Mt en Argentine, causé par le temps sec. Par conséquent, les stocks mondiaux se sont accrus de 2,58 Mt.

 


 * Estimations ** Prévisions

Source: USDA - 11 septembre 2020

 


 

L'ÉTHANOL AUX ÉTATS-UNIS

Depuis juillet, la production d’éthanol aux États-Unis s’était maintenue au-dessus de 900 000 barils par jour. Or, à la fin septembre, celle-ci s’est inclinée pour se situer à 881 000 barils par jour, ce qui est une très mauvaise nouvelle pour le secteur de l’éthanol et la demande en maïs. Par ailleurs, dans un effort visant à courtiser les producteurs américains, le président des États-Unis a rejeté les requêtes des raffineurs qui demandaient une exemption rétroactive de mélanger de l’éthanol à l’essence. Par ailleurs, Donald Trump a annoncé que les pompes à essence actuelles pourront vendre de l’essence contenant jusqu’à 15 % d’éthanol.

 

LES ACHATS CHINOIS

La Chine continue d’acheter des grains américains à un rythme effréné. Les raisons sont multiples. Tout d’abord, la saison en Amérique du Sud est terminée, les stocks de soya sont quasiment épuisés au Brésil et les prix aux États-Unis sont maintenant plus concurrentiels. D’autre part, la Chine reconstruit tranquillement, mais assurément son cheptel porcin, se relevant de la peste porcine africaine qui l’avait réduit à tout le moins de moitié. Finalement, la production chinoise de maïs aurait été fortement endommagée par des typhons, et les stocks de maïs, jadis énormes, ont été fortement réduits, de sorte que l’offre de maïs chinoise est insuffisante et que la Chine devra en importer plus qu’à l’habitude. Tous ces facteurs sont haussiers pour les producteurs américains, du moins jusqu’à la prochaine récolte en Amérique du Sud.

 

LES STOCKS AMÉRICAINS

Le 30 septembre, l’USDA a dévoilé les données sur les stocks américains, lesquels sont moins importants que prévu. Par rapport à septembre 2019, les stocks se situent à 2 Gbu pour le maïs (-10 %), à 523 478 Mbu pour le soya (-42 %) et à 2,16 Gbu pour le blé (-8 %). Les contrats à terme pour une livraison à la récolte se sont alors fortement appréciés, soit d’environ 0,14 $ US/bu pour le maïs, de 0,29 $ US/bu pour le soya et de 0,28 $ US/bu pour le blé. Or, il était évident que les stocks chuteraient étant donné le volume considérable des achats chinois.

 

LES DONNÉES DE STATISTIQUE CANADA

Les données publiées par Statistique Canada sont très semblables à celles de la fin août. On note une légère augmentation de la production de soya et un fléchissement de la production de céréales et de canola. Néanmoins, les données de Statistique Canada publiée en septembre sont intrigantes, car les commentaires perçus par les producteurs et les acheteurs ne laissent pas entrevoir une saison exceptionnelle pour les céréales. De plus, la Tournée des Grandes Cultures 2020 évalue le rendement potentiel maximal à correct pour le maïs et à très bon pour le soya. Les données finales seront publiées le 3 décembre.

 

ÉTAT DES CULTURES AU QUÉBEC

En date du 15 septembre, le rapport de La Financière agricole du Québec sur l’état des cultures indiquait que les récoltes de céréales d’automne étaient terminées. Les rendements des céréales d’automne et de printemps étaient majoritairement inférieurs à la normale. À l’échelle de la province, le battage était complété à 80 % pour le blé, 65 % pour l’orge, 59 % pour l’avoine et 9 % pour le canola.

 

LE MARCHÉ LOCAL

Le prix du maïs au Québec est resté assez stable, alors que celui du soya pour une livraison à la récolte s’est apprécié d’environ 27 $/t en raison de la remontée du contrat à terme à Chicago grâce aux achats chinois de grains américains. Les bases du maïs se sont dépréciées de 0,41 $ US/bu pour une livraison immédiate et de 0,14 $ US/bu pour une livraison à la récolte, pour se situer respectivement à 0,44 et 0,28 $ US/bu. La base du soya pour une livraison à la récolte a fléchi de 0,15 $ US/bu pour s’établir à -0,17 $ US/bu, ce qui reste un niveau appréciable.

 


LES PRIX LOCAUX

Le tableau et le graphique suivants présentent l'évolution du prix au comptant du maïs et du soya par période de livraison.

1- MAÏS ET SOYA

 Source: Marché local (FAB Ferme), PGQ - au 1er octobre 2020



 SourceMarché local (FAB Ferme), PGQ - au 1er octobre 2020

 

2- CÉRÉALES

Le tableau suivant indique l’évolution du prix courant des céréales et de celui du canola au cours des derniers mois. En consultant directement les diffusions du marché local, vous pourrez observer les prix minimums et les maximums.

Évolution du prix courant des céréales et du canola par mois

Source: Marché local (FAB Ferme), PGQ - au 1er octobre 2020


 

Rapports à surveiller en octobre:


 

Service de l'information sur les marchés

Téléphone: 450 679-0540

Pour aller plus loin

Sur le même thème